L'ubérisation du secteur des SSII

Accueil » L’ubérisation du secteur des SSII

Dans l’aire du web et des services 2.0, les prestataires de services se joignent au lot et révolutionnent leurs activités en migrant vers la plateforme universelle d’interactions humaines : L’internet. On voit chaque jour se créer des milliers de sites-web médiateurs entre les demandeurs de services et les offreurs. On en trouve dans tous les domaines : généraliste, informatique, rédaction, traduction…

Aujourd’hui, il n’a jamais été plus facile pour les freelances de décrocher des marchés. En revanche c'est beaucoup plus compliqué pour les clients de trouver de bons experts informatiques. Profils pénuriques, demande croissante de la part de tous les clients qui n'a pas été anticipée par les universités et écoles d'ingénieurs, il est aujourd'hui compliqué pour un recruteur de s'y retrouver.

 

consolidation-ssii-atos-bull-sopra-steria

Les SSII au secours des Entreprises industrielles

Les Entreprises de Services du Numérique (ESN ; anciennement SSII) sont apparues comme un moyen efficient pour résoudre les difficultés de nature informatique que rencontrent les entreprises aujourd’hui.

En optant pour la sous-traitance, les entreprises trouvent une solution facile pour bénéficier rapidement d'une équipe expérimentée pour résoudre une problématique pointue temporaire comme l'intégration d'un nouvel ERP, le développement de logiciel en interne ou bien la création d'un réseau sécurisé.

C'est plus onéreux (la SSII prend une marge sur les consultants qu'elle délègue à son client) mais les prestataires ne sont pas salariés de l'entreprise et sont donc une variable d'ajustement pour faire des économies rapidement en cas de coup dur.

 

Uberisation SSII

Les SSII en voie d’uberisation

Dans ce secteur où le chômage n'existe pas, certains consultants salariés en SSII ont décidé de devenir indépendants. Ils doivent trouver leur mission par eux même et assumer d'avoir des périodes sans missions (et donc sans revenus), mais en retour ils gagnent généralement beaucoup mieux leur vie et peuvent choisir les missions sur lesquelles ils interviennent.

Malheureusement ces consultants indépendants se retrouvent régulièrement contraints de travailler en sous-traitance des SSII car les clients finaux sont peu enclins à faire travailler des freelances pour des raisons juridiques (risque de requalification en CDI). Par ailleurs les plus gros consommateurs de prestations de services (généralement les banques et les assurances), ont mis en place des accords avec certaines SSII pour leur offrir une certaine exclusivité contre des tarifs diminués : ce sont les fameux référencements mis en place par les services achats.

Dans ce contexte, une nouvelle forme d'ESN, les ESNI (Entreprises de Services du Numérique Innovantes) sont apparues. Au lieu de recruter des consultants informatiques, elles fédèrent un grand nombre de consultants indépendants pour devenir éligibles aux référencements des services achats.

L'ESNI devient l'interlocuteur unique du client et propose au cas par cas le bon freelance parmi sa communauté en fonction des besoins du client. Elle facture tous les mois l'entreprise du nombre de jours travaillés par ses freelances et reverse cette somme à ceux-ci moins une commission.

Si les chauffeurs Uber sont globalement moins bien payés que les chauffeurs de Taxi, les consultants indépendants dans l’Informatique gagnent mieux leur vie et sont globalement plus épanouis. Pour preuve, en 2017 7.5% des consultants informatiques sont indépendants et le portage salarial dans ce secteur croit de 20% par an.

Avec l'émergence du Big Data et de l'Intelligence Artificielle il est peu probable de voir cette tendance s'inverser et les ESNI tout comme le freelancing ont de beaux jours devant eux.

 

[Mis à jour le 5 février 2018].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin d'aide pour développer votre business en ligne ?